Gestion du stress et burn out

Les formes modernes d’activité dans le monde occidental ont fait émerger un facteur aggravant fortement les conditions de travail : La pénibilité psychologique et cognitive, le stress…
Ainsi, au Canada, 51milliards de dollars sont dépensés chaque année pour répondre à des problèmes psychologiques, dont 40% dans le milieu du travail.
Les problèmes d’absentéisme liés à la dépression et au burn-out engendrent des pertes conséquentes dus à la baisse de productivité.
Le stress s’installe de façon insidieuse chez l’individu, avec des symptômes récurrents :
Fatigue générale, tensions musculaires et sentiment de vide intense …
Une vision négative des autres au travail, une insensibilité au monde environnant, un sentiment de non-accomplissement avec dépréciation de ses résultats, créent une mise en retrait et un épuisement émotionnel tels qu’ils   peuvent conduire au burn-out .
Les dégâts ne sont pas seulement individuels, ils affectent sensiblement la dynamique du groupe. La qualité du  travail s’en trouve considérablement altérée, et les effets induits mettent en péril l’équilibre nécessaire au système.
Il est indispensable d’identifier ce problème, en en reconnaissant les prémices, et mieux encore d’agir en amont avant qu’il ne soit trop tard.
 
Ainsi, au Royaume Uni, Chris Ruane, député travailliste organise des sessions de méditation en groupe pour 95 députés de la Chambre des Lords dans le cadre d’un  programme « Stop, Breathe and Be » , avec un succès avéré.
 
Méditation, relaxation et respiration
Les formes modernes d’activité ont fait émerger un facteur aggravant fortement les conditions de travail : La pénibilité psychologique et cognitive, le stress…  S’il a longtemps été sous-estimé, il est maintenant  reconnu partout avec des conséquences souvent préjudiciables. La méditation est une réponse tout à fait adaptée pour contrer ces méfaits.
La pratique de la méditation ouvre un « espace-temps » , car en mettant  les cinq sens au repos, elle permet une meilleure gestion des émotions et une canalisation du mental.
Lorsque nous sommes stressés, nous pouvons mieux nous apaiser par le souffle et la détente musculaire que par nos pensées. Cela n'étant pas spontané, nous devons l'apprendre en utilisant des exercices de relaxation, de méditation, qui vont petit à petit modifier nos comportements et par le biais du corps, nous aider à réguler nos émotions.
Il a été démontré que le stress, les peurs et les tensions, entraînent des effets délétères sur le corps, le cœur consommant brutalement trop d'oxygène et dans de mauvaises conditions.
Nervosité, subjectivité, agressivité émergent ainsi, créant des mauvaises conditions relationnelles dans l’environnement personnel et professionnel.
D'où l'importance d'une méthode pratiquée régulièrement telle que la méditation active, afin de vider l'esprit et d’apprendre à se recentrer en contrôlant de manière consciente ses humeurs, ses émotions et sa communication.
Les bienfaits immédiats sont mesurables à tous les niveaux :
 
> Relâchement des tensions physiques et musculaires, pacification du système nerveux. Rééquilibrage énergétique du corps dans son ensemble.
> Libération vis-à-vis du stress et de l'anxiété. Apaisement des émotions conflictuelles. Développement du calme, de l'assurance et de l'objectivité.
> Rééquilibrage des flux nerveux et émotionnels.
> Accroissement des facultés de concentration, de mémorisation et d'attention.
> Détachement des fabrications mentales négatives. Restauration d'une meilleure image de soi, et accroissement de la créativité.
> Développement de la juste appréciation, de la coopération et de l'efficacité au travail sur le plan personnel et collectif.

L'intelligence émotionnelle :

À l'intersection des cognitions et des émotions, l'intelligence émotionnelle est la capacité à percevoir ses sentiments et ceux des autres, ainsi qu'à en faire la distinction  pour utiliser ces informations afin d'orienter ses pensées et gestes. Celle-ci n'est pas académique ( elle n'est pas mesurée par le QI) , et diffère de l'intelligence cognitive. Elle est l'agrégat des capacités et des compétences, c'est à dire une collection de connaissances utilisées pour faire face à la vie efficacement.

De manière synthétique, l'intelligence émotionnelle peut se résumer en ces concepts :

> Être conscient de soi
> Se comprendre et s'exprimer
> Être conscient des autres, les comprendre et entretenir des rapports   avec eux
> Faire face à des émotions fortes
> S'adapter au changement et régler des problèmes de nature sociale ou personnelle
 
Les compétences émotionnelles ne sont pas des talents innés, mais plutôt des capacités apprises qu'il faut développer et perfectionner afin de parvenir à un rendement exceptionnel.

L'analyse transactionnelle

L'analyse transactionnelle vise à permettre une prise de conscience ainsi qu'une meilleure compréhension de "ce qui se joue ici et maintenant"dans
les relations entre deux personnes et dans un groupe. Celle-ci propose des grilles de lecture pour la compréhension des problèmes relationnels, ainsi que des modalités d'intervention pour les résoudre. L'objectif est de s'orienter vers l'autonomie, laquelle répond à trois critères : conscience, spontanéité et authenticité
 
1 - Capacité de conscience: Être en plein contact avec "l'ici et maintenant", prendre la réalité telle qu'elle est, sans la filtrer ni la déformer.
2 - Capacité de spontanéité: Développer ses facultés à ne pas réagir à l'environnement par des comportements automatiques, mais comme nous le souhaitons, et d'une manière adéquate.
3 - Capacité d'authenticité: Être dans une relation authentique avec l'autre, vraie et appropriée, l'honnêteté intellectuelle excluant tout jeu et manipulation.